Oberbreitenbach


Ce hameau représente à lui seul l'histoire du village.

Breitenbach,-"village éparpillé", est en effet né de plusieurs groupes d'habitations tels que ce lieu-dit au charme indéniable.


 


Bien caché dans son vallon, Oberbreitenbach joue avec les rayons du soleil et conserve jalousement les traces du passé de la vallée de Munster. Sa Chapelle, ses légendes, l'agriculture qui lui conserve sa douce tranquilité et cette image idyllique, le son des cloches vers la fin de l'été, ... tout vous invite à la promenade.

 


La Chapelle et sa légende

La légende de la cloche de L'Engelsberg (voir "Saisons d'Alsace" N°70)

Photo J-M Meyer
La chapelle d'Ober Breitenbach

Entre le Krähenberg et l'Ilienkopf, il y a une colline appelée Engelsberg. D'après la tradition populaire une chapelle dédiée à l'archange Michael en occupait le sommet. Lors d'un orage, alors que le carillonneur donnait l'alerte en faisant sonner la cloche, la foudre tomba sur l'édifice, I'incendia de fond en comble et enfonça la cloche profondément dans la terre.

Les années passèrent. Un beau jour, un carrier occupé à exploiter le granite trouva la cloche de la Engelsbergkapelle. Il la tira du sol sans dommage. Elle était intacte, comme neuve. On la destina à la petite chapelle d'Oberbreitenbach.

Une autre version un peu différente nous dit qu'au sommet de l'Ilienkopf coulait autrefois une source. Chaque fois que le temps était à l'orage, un oiseau venait s'y baigner. Après sa toilette cet oiseau montait sur une branche et secouait les gouttes d'eau restées accrochées à son plumage. Si un enfant avait le bonheur d'observer cet oiseau les gouttes qui tombaient des plumes se transformaient en argent. On put ainsi fabriquer une cloche avec les gouttes d'argent ramassées.Et lorsque les moines de l'abbaye de Munster construisirent une chapelle dans le voisinage, ils y mirent la cloche d'argent. Quand un orage s'annonçait, on faisait sonner la cloche pour avertir les paysans travaillant dans leurs champs. Mais, un jour, on oublia de la faire sonner et la foudre s'abattit sur la chapelle en la détruisant complètement.

De nombreuses années plus tard des bûcherons, occupés à arracher des racines d'arbres abattus, retrouvèrent la cloche d'argent. Elle fut suspendue au toit d'une maison d'Oberbreitenbach. Vers 1900, elle fut mise dans la petite chapelle du village (ci-contre).

(A. Pfleger.)

Le poète Hans Karl Abel a rappelé cette légende dans une pièce de théâtre "Die silbernen Glocken vom  Ilienkopf".